Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Les Marines dans la guerre du Mexique

Publié le par Olivier Millet

Les Marines dans la guerre du Mexique

Lors de la déclaration du guerre au Mexique par les États-Unis en mai 1846, le Congrès autorisa la montée en puissance des forces armées et des volontaires. L'US Army passa de 7000 à 15000 hommes, 50000 volontaires furent appelés aux armes et les effectifs de la marine purent passer de 7500 à 10 000 hommes.


Le corps des Marines faisait partie intégrante du commandement naval, cette unité avait combattu depuis sa création dans la guerre d'indépendance, la guerre de 1812, les guerres Séminoles. Cette entité relativement petite passa complètement sous la juridiction de la marine par la loi de 1834. Cette loi stipulait également que le président avait toute autorité pour transférer cette juridiction à l'armée de terre si le besoin s'en faisait ressentir.
A la déclaration de la guerre, les US Marines comprenaient 63 officiers et 1200 hommes répartis sur les navires de l'US Navy ou dans les ports militaires où ils assuraient la surveillance et la protection des infrastructures.
La principale mission des unités de Marines durant la guerre fut le service en tant qu'infanterie embarquée. Cette mission comprenait le combat en mer, la protection du bâtiment et la réalisation des débarquements côtiers. Cette dernière mission fut accomplie particulièrement souvent sur le littoral mexicain afin de s'assurer le contrôle de points importants.

Le Mexique, les Marines en avaient déjà eu un aperçu quand la situation politique tendue entre les États-Unis et le Mexique avait conduit à une opération militaire particulièrement malvenue et réalisée sans consentement aucun du gouvernement américain en 1842.
La flottille du commodore Jones jeta l'ancre devant la capitale de Californie Monterey afin de la capturer. Un détachement de Marines et de marins réalisa l'opération rapidement et sans accrocs. Mais Jones avait agi de son propre chef, persuadé que la situation entre le Mexique et les États-Unis justifiait son acte. Son action reposait sur des rumeurs disant qu'un accord serait sur le point d'intervenir entre le Mexique et le Royaume-Uni visant à céder la Californie aux Anglais ce qui bien sûr était inacceptable pour les Américains qui lorgnaient déjà avidement sur cette région. La mission fut un succès tactique et un fiasco diplomatique embarrassant. Au moins les Marines se frottèrent une première fois à ce terrain acquérant ainsi de l'expérience qui leur serait utile dans les années suivantes.


La Californie, en 1846, allait encore une fois devenir le lieu d'actions militaires de la part des Marines. Avec la proclamation de la république de Californie par des colons américains révoltés et la guerre officialisée le 13 mai 1846, le sort de cette province mexicaine était désormais scellé. Le commodore Sloat, commandant la flotte du Pacifique à l'ancre devant Mazatlan, au Mexique, apprit que la guerre avait été déclarée et que les Américains et les Mexicains s'étaient affrontés déjà deux fois à Palo Alto et Resaca de la Palma. Il leva l'ancre le 8 juin 1846 avec pour instruction de capturer tous les ports et villes importantes de Californie dès l'état de guerre connu. Dès lors il allait utiliser ses détachements embarqués de Marines pour s'emparer de Monterey le 7 juillet 1846 avec 85 marines et 120 marins. Après avoir capturé la ville, les marines effectuèrent quelques missions de contrôle sur place. Puis ce fut le tour de Yerba Buena d'être capturée sans résistance. La petite localité fut laissée avec une garnison de 14 marines pour la surveiller. Le même jour un détachement de Marines rejoignit les colons révoltés de Somona et hissèrent ensemble la bannière étoilée en lieu et place du drapeau à l'ours de la république de Californie.
Le 29 juillet, San Diego fut capturé, ainsi qu'un brick mexicain à l'ancre, par des Marines et des marins et encore une fois un détachement d'une cinquantaine de Marines fut laissé en garnison. Santa Barbara puis San Pedro tombèrent mais les marines ne laissèrent pas de garnison. Le 13 août, ce fut la ville de Los Angeles qui tomba devant une force combinée de volontaires et de Marines. Avec cette dernière ville la plupart des cités importantes de la côte étaient tombées et dès qu'elles furent remplacées par des volontaires, les garnisons de marines rejoignirent leurs navires respectifs. Sauf à Los Angeles où les excès de la garnison déclenchèrent une révolte locale et la petite garnison de Marines fut forcée de négocier son départ de la ville. Les Américains tentèrent une première fois de reprendre la ville par la force avec 300 hommes mais durent se replier devant des rebelles insaisissables. Les garnisons de San Pedro et San Diego connaissaient également des difficultés mais tenaient ferme malgré le harcèlement des rebelles et les vivres qui diminuaient.

A San Diego, les marines et des marins durent prêter assistance aux forces de Kearny qui arrivaient de l'ouest et qui étaient harcelées par des lanciers irréguliers. Les Américains réussirent à forcer le passage et à se regrouper à San Diego. Les forces américaines étaient désormais suffisamment puissantes pour tenter une nouvelle fois de reprendre Los Angeles.

Forces rebelles et américaines se rencontrèrent à San Gabriel, le 8 janvier, et les Marines eurent le dessus grâce à une impétueuse charge à la baïonnette. La dernière rencontre de la campagne Californienne eut lieu à La Mesa où les Américains stoppèrent les fougueuses charges des lanciers californiens puis s'emparèrent de Los Angeles le 10 janvier 1847. Finalement la Californie capitula 6 mois après le débarquement de Monterey.

La côte ouest du Mexique fut le secteur d'opération suivant pour les Marines. Ils capturèrent San José puis La Paz in Baja, San Lucas, Mulege in Baja, La Paz. A Guaymas, la garnison de 600 hommes refusa de se rendre mais après un bombardement naval, ils s’enfuirent laissant la ville aux Américains. Avec l'arrivée de nouvelles unités de l'US Navy, certaines provenant du Japon, les opérations dans la baie de Californie s'intensifièrent ; les marines multiplièrent les débarquements en rencontrant peu ou pas de résistance jusqu’à ce que la nouvelle du traité de paix de Guadalupe-Hidalgo mette un terme aux opérations dans le secteur. Le traité ne mit pas fin aux combats qui perdurèrent presque un an après sa signature.

Les Marines toujours en petit nombre se firent particulièrement remarquer comme troupe d'élite aux capacités amphibies reconnues et en tant que soldats hors pair dans les engagements. Mais ces opérations restèrent dans l'ombre de la campagne menée contre Mexico sur la côte Est du pays par l'armée du général W.Scott.


Le commodore Coner commandait la flottille en charge des opérations sur la côte Est du Mexique. Les marines à son bord furent organisés en bataillon pour agir de concert avec les éléments de l'US Army. Ces éléments capturèrent la petite localité de Burita le 18 mai 1846 et hissèrent les premiers le drapeau américain sur le territoire mexicain. Le nombre de marines opérant dans le golfe du Mexique ne dépassait pas 200 hommes, pourtant ils furent également utilisés pour multiplier les débarquements de la même manière que sur la côte Ouest. Le 25 octobre ils capturèrent Tabasco, le 14 novembre, Tampico et Panuco.
En mars 1847, le Congrès autorisa une augmentation du corps des Marines de 1000 soldats et 12 officiers supplémentaires.


L'opération sur Mexico passait par un débarquement d'importance sur Vera Cruz qui fut effectué le 9 mars 1847 puis s’ensuivit un siège qui s'acheva le 25 mars. Le général Winfield Scott, commandant en chef de l'expédition, par la loi de 1834 prit sous son commandement direct 6 compagnies de marines. Les compagnies A,B,C furent organisées dans le premier bataillon de Marines du Major Twiggs, les compagnies D,E,F dans le second bataillon du Major Dulany. Les deux bataillons sous les ordres du colonel Watson. Des compagnies de réguliers ou de volontaires furent attachées aux bataillons pour les étoffer et leur donner la force d'un régiment. Les 600 marines prévus pour les bataillons ne furent que 300 et un seul bataillon regroupant les 6 compagnies fut organisé.
Durant l'avancée des troupes de Scott vers Mexico, les Marines furent assignés à la protection de l'arrière-garde contre l’incessante guérilla. Gardés en réserve, les marines ne participèrent pratiquement pas aux combats de Contreras et Churubusco mais, arrivés devant la forteresse de Chapultepec, ils allaient enfin passer à l'action. Défendue par 800 hommes, dont 200 cadets, la forteresse fut attaquée par les Américains. Les marines faisaient parti des éléments de choc mais passèrent la majeure partie de la bataille au pied des murs à retourner le feu ennemi et laissèrent les troupes régulières s'emparer du château. D'autres détachements combattirent les Mexicains et s'approchèrent très près de Mexico City, le major Twiggs fut tué au pied des murs. Les marines combattirent bravement autour de la forteresse et tinrent leur position, mais certains entrèrent dans les faubourgs de Mexico, devenant les premiers soldats américains à le faire, avant de recevoir l'ordre de se replier. La bataille gagnée, les marines et la division à laquelle ils appartenaient eurent droit de défiler les premiers dans la capitale mexicaine qui s'était rendue. Le matin du 14 septembre les marines entrèrent à Mexico City et occupèrent le palais du gouvernement appelé aussi les Halles de Montezuma. Avec la chute de Mexico et une opinion publique défavorable, les Américains hâtèrent la fin de la guerre et le président Américain Polk accepta les termes du traité de Guadalupe-Hidalgo. 30 Marines du bataillon de Mexico avaient perdu la vie durant cette courte campagne.

Bien que le deuxième bataillon de Marines fut enfin activé, la fin de la guerre signifiait une baisse des effectifs et un retour à leur mission première : l'infanterie embarquée et la garde aux ports.
Bien que des actions en justice aient entaché la réputation de certains officiers du corps des Marines pour leur conduite à Chapultepec, les Marines se comportèrent efficacement et bravement durant la campagne, 27 officiers furent brevetés pour action d'éclat soit plus que durant la guerre civile. Même si leur nombre étaient relativement faible, leurs actions, notamment sur les côtes, eurent de grands effets et facilitèrent la chute de la Californie.

L'uniforme :

La tenue des Marines était la tunique bleue à col rouge et lacets jaunes. Le pantalon bleu clair était équipé d'une bande bleu foncé. Les baudriers blancs soutenaient la giberne M1839 et la baïonnette. Le shako était le modèle Bell Crown à sommet largement évasé vers l'extérieur. Les manches étaient bleues mais équipées de lacets jaunes surlignés de rouge avec un parement en pointe.

Bien entendu, cette tenue n'était pas très adaptée au difficile climat du Mexique et le corps des Marines adopta une tenue de campagne copiée sur le modèle de l'infanterie de l'US army. La principale différence entre les deux uniformes était l'absence totale de lacets. La tunique courte et le pantalon étaient bleu clair, les boutons étaient en métal jaune, la casquette M1839 était bleue avec une plaque "USM" en métal jaune. Les officiers avaient un insigne brodé sur la casquette représentant une couronne de lauriers entourant un globe et une ancre de marine (symbole du US Marines Corps). Les baudriers blancs soutenaient toujours la giberne et la baïonnette. Un ceinturon blanc complétait l'ensemble

Bien qu'initialement, les Marines devaient être armés du mousquet M1842 à percussion, ils durent se contenter, faute de mieux, du M1816 à platine à silex et sans bandoulière. A l'exception du corps qui accompagna Scott à Mexico qui eut des mousquets normalement équipés mais toujours à platine.

Les sous-officiers se distinguaient des hommes par le port d'une bande bleu foncé surlignée de rouge sur le côté du pantalon et de deux demi-chevrons jaunes sur les avant-bras, une écharpe rouge autour de la taille et une épée droite. Les caporaux avaient un demi-chevron jaune sur les avant-bras.

Les officiers avaient la tunique et le pantalon bleu foncé à simple ou double rangée de boutons, une bande rouge sur le pantalon et une écharpe rouge autour de la taille ainsi qu'une épée. La plaque de baudrier était en cuivre jaune et ovale la plaque de ceinturon était rectangulaire et en cuivre jaune également.

Un très grand merci à Daniel Geisenhof ( Lt-Col USMC ) pour son aide très précieuse, thank you Daniel for your invaluable help in writing this article.

à droite l'entrée des Marines à Mexico, ils furent les premiers à le faire, un honneur dû à leur comportement exemplaire à Chapultepec ( à noter la tenue qui n'est pas l'uniforme de campagne mais la tenue traditionnelle bleue et rouge avec shako bell crown ). A droite un caporal des Marines en tenue de campagne d'après un tableau de Don Troianià droite l'entrée des Marines à Mexico, ils furent les premiers à le faire, un honneur dû à leur comportement exemplaire à Chapultepec ( à noter la tenue qui n'est pas l'uniforme de campagne mais la tenue traditionnelle bleue et rouge avec shako bell crown ). A droite un caporal des Marines en tenue de campagne d'après un tableau de Don Troiani

à droite l'entrée des Marines à Mexico, ils furent les premiers à le faire, un honneur dû à leur comportement exemplaire à Chapultepec ( à noter la tenue qui n'est pas l'uniforme de campagne mais la tenue traditionnelle bleue et rouge avec shako bell crown ). A droite un caporal des Marines en tenue de campagne d'après un tableau de Don Troiani

Commenter cet article