Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La cavalerie mexicaine ( 1 )

Publié le par Olivier Millet

La cavalerie mexicaine ( 1 )

En 1846, l'armée mexicaine comportait 9 régiments de cavalerie de ligne, 6 régiments de milice montée, un régiment de cuirassiers, un régiment de hussards de la garde des pouvoirs suprêmes, une unité de fusiliers montés, le régiment des lanciers de Jalisco, le régiment monté léger de Mexico, les Présidios ou "presidiale" de province.

La cavalerie de ligne mexicaine était considérée comme l'élite de l'armée, les lanciers, cuirassiers et autres hussards portaient de magnifiques tenues d'inspiration napoléonienne.

Chaque régiment comportait 4 escadrons de deux compagnies.

L'état-major du régiment comprenait un colonel, un lieutenant-colonel, deux commandants, quatre adjudants-lieutenants, 4 guidons, un aumônier, un chirurgien, un maréchal-ferrant, un clairon-major et deux caporaux-clairons, deux seconds-sergents, deux caporaux officiant comme tailleur et charpentier, trois cavaliers officiant comme maçon, boulanger et maître bottier.

Chaque compagnie comprenait un capitaine, un lieutenant, deux enseignes, un premier sergent, trois seconds sergents, neuf caporaux, deux trompettes et 52 cavaliers.

Bien que tous les cavaliers aient été armés d'un sabre, une arme était très populaire parmi eux : la lance. Cette dernière, vieille comme la guerre à cheval, était une longue pique en bois terminée à une extrémité par une pointe d'acier et une hampe le plus souvent rouge destinée à effrayer les chevaux adverses. Cette arme était utilisée uniquement en charge et pouvait tuer instantanément quand elle était bien maniée et offrait l'avantage de mettre son porteur hors d'atteinte des coups de sabre ennemis comme des soldats au sol. Une fois au corps à corps le lancier devait rapidement se saisir de son sabre ou dans le cas contraire son arme pouvait devenir un handicap contre un cavalier armé d'un sabre, plus maniable à courte distance. Le maniement de la lance pour être correctement effectué demandait un entraînement certain. Cette arme élégante n'avait pas d'équivalent dans l'armée américaine. Les cavaliers irréguliers, les présidiales, les lanciers de Jalisco adoptèrent tout ou partie la lance comme arme de combat principale.

Le premier peloton de la première compagnie de chaque régiment de ligne était également composé de lanciers

Les cavaliers ne dédaignaient pas non plus les pistolets et autres tromblons pour le tir à courte distance. La carabine anglaise "Paget" semble avoir été aussi utilisée.

Les grades de la cavalerie étaient visibles par le type d'épaulette porté :

les colonels et lieutenants-colonels portaient de riches épaulettes argent rigides avec une étoile dorée pour les colonels et sans pour les lieutenants-colonels.

les officiers supérieurs comme les premiers-adjudants ou les capitaines portaient deux épaulettes rigides plus petites, les lieutenants et les sous-lieutenants une épaulette souple avec un passant de la couleur de leur tunique, les sergents des épaulettes vertes et les soldats et caporaux de simples contre-épaulettes vertes sans franges.

Les 9 régiments de ligne ont adopté un uniforme en 1839 qui fut changé une première fois en 1840 puis une seconde en 1841. Les hommes portaient un shako à l'exception du premier régiment qu portait un casque à cimier, les épaulettes sont argent pour les officiers et vertes pour le reste de la troupe. Le numéro du régiment est brodé sur le col des deux côtés et dans le même sens. Le 9ème et le 7éme régiments eurent droit à un ultime changement de leur tenue en 1842 et 1843.

Les lanciers de Jalisco et les cuirassiers de Tulancingo présentés sur la planche seront étudiés ultérieurement avec d'autres unités montées.

cuirassier de Tulancingo, l'inspiration française de sa tenue est indéniable, ce magnifique cavalier rappelle l'un des deux régiments de carabiniers de Napoléon premier qui arborait de superbes cuirasses cuivrées

cuirassier de Tulancingo, l'inspiration française de sa tenue est indéniable, ce magnifique cavalier rappelle l'un des deux régiments de carabiniers de Napoléon premier qui arborait de superbes cuirasses cuivrées

les 6 premiers régiments de ligne dans l'uniforme qu'ils portaient durant la guerre de 1846-1848

les 6 premiers régiments de ligne dans l'uniforme qu'ils portaient durant la guerre de 1846-1848

les 3 derniers régiments de ligne et trois unités de création récente.

les 3 derniers régiments de ligne et trois unités de création récente.

Commenter cet article