Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

L'armement de la cavalerie mexicaine

Publié le par Olivier Millet

L'armement de la cavalerie mexicaine

Les cavaliers mexicains partirent au combat avec un arsenal comprenant sabres, lances, pistolets et carabines.

La lance équipait le premier peloton de la première compagnie, mais également des unités entières comme les lanciers de Jalisco ou les présidiales des provinces. Il s'agissait le plus souvent du modèle d'inspiration espagnole avec une pointe à double lame et 4 arêtes pour infliger des blessures plus graves, avec ou sans garde. Le fanion qui équipait la lance était de couleur rouge le plus souvent mais des versions tricolores verte, blanc et rouge existaient. Sa fonction était d'effrayer les chevaux adverses en les agitant devant les yeux, ce qui avait pour effet de perturber la monture adverse voire de faire tomber son cavalier. Mais bien entendu la lance était utilisée surtout lors de la charge pour frapper directement le cavalier adverse ou le soldat d'infanterie avant que celui-ci ne l'atteigne avec son sabre ou sa baïonnette. La lance mesurait entre 2.5 et 3 mètres de long et permettait de mettre le cavalier à l’abri des premiers coups. Une blessure par lance était souvent mortelle quand utilisée en charge, l'impact de la pointe étant décuplé par la vitesse et la puissance de la monture. La lance était également très utile pour frapper les hommes au sol . Les experts du maniement de la lance, ce qui prenait un temps d'entraînement considérable, pouvaient même frapper un adversaire derrière eux.

Les sabres de cavalerie étaient de plusieurs modèles, espagnols, anglais, américains. Le régiment de cuirassier de Tulancingo possédait des épées droites ou lattes typiques de la cavalerie lourde qui servent au combat de pointe plutôt que d'estoc.

La carabine de cavalerie était bien souvent la version Paget de la cavalerie anglaise. Cette arme de 120 cm de long environ était de calibre 0.76 à canon lisse. Le système de mise à feu était à platine à silex. Cette arme fut utilisée en grand nombre durant les guerres napoléoniennes. Elle était peu précise mais maniable car très courte en comparaison des autres modèles de la cavalerie anglaise ; de plus son système d'accroche était assez pratique. Des carabines Paget furent fabriquées localement.

Les pistolets étaient également de différents types, des calibres 0.56 et 0.67 à percussion fabriqués localement et les modèles 1802 dragons légers ou dragons lourds d'importation, des armes capricieuses mais surtout très peu précises et qui était utilisées à bout portant ou en guise de massue. Le cavalier leur préférant généralement le sabre qui en outre pouvait parer les coups. Les cavaliers portaient jusqu'à deux pistolets dans les fontes.

D'autres armes plus locales furent utilisées par les cavaliers irréguliers comme les tromblons

Commenter cet article